le transfert de Eto’o,vue par le le New York Times

Dans son édition du 11 septembre dernier, le quotidien américain revient sur le choix du capitaine des Lions indomptables d’évoluer au sein d’Anzhi Makachkala.

En signant le contrat, qui a fait de lui le joueur le mieux payé du monde, le capitaine des Lions indomptables a fait couler beaucoup d’encre. Au point où, le New York Times s’est également invité dans la danse dans son édition du 11 septembre dernier, quelques jours après son match en club contre Volga. Son équipe s’était imposée sur le score de 2 buts à 1, dont l’un a été inscrit par Samuel Eto’o Fils. Sur quatre pages, Seth Mydans revient sur cette aventure naissante du Camerounais en terre russe. Le journaliste a notamment relayé l’ambiance qui a prévalu à la fin de ce match. Seth Mydans a notamment indiqué que de nombreux enfants voulaient toucher Samuel Eto’o Fils. Mais, ils ont été repoussés par les agents chargés de la sécurité des joueurs. Parmi les spectateurs de ce jour-là, il y avait un boxeur professionnel, Magomed Dosamed. lequel n’a pas hésité à soutenir que grâce à Samuel Eto’o Fils, son pays aura tout, puisque tout commence par le football.

Dans ce domaine, Suleyman Kerimov envisage la construction d’un nouveau stade, pour remplacer celui de 16.000 places sur lequel Anzhi Makachkala dispute ses matches en ce moment. Dans son article, Seth Mydans revient sur l’insécurité qui prévaut dans ce pays. Selon les statistiques, chaque année, 100 policiers sont tués. D’ailleurs, la nuit ayant précédé le jour du match du week-end dernier, cinq personnes avaient été tuées au cours d’une rixe entre deux bandes rivales. C’est certainement pour mettre les joueurs de son club en sécurité que Suleyman Kerimov a décidé de les loger à Moscou. Dans la capitale russe, ils effectuent également leur séance d’entraînement, avant de se rendre par vol spécial le jour du match à Makachkala. Toutefois, pour certains, le choix porté sur Samuel Eto’o est favorable. D’autant plus que le Daguestan a la réputation d’être un pays de fusils et de bombes. Désormais, on parle de ce pays parce qu’un joueur de football, qui a remporté quasiment tous les trophées internationaux, y évolue. Ce qui est certainement l’une des plus bonnes nouvelles de ces dernières années.

Dans ce texte, l’homme de médias présente également le point de vue de Joseph Antoine Bell relatif à la mort sportive du capitaine des Lions indomptables. Celui-ci soutient qu’il veut contribuer à l’écriture de l’histoire de ce club russe, jusqu’ici anonyme. En investissant autant pour s’offrir les services de l’ancien sociétaire de l’Inter de Milan, Andrei Piontkovsky, un critique politique russe pense que Suleyman Kerimov veut montrer l’étendue de sa richesse, un peu comme s’il achetait un yacht ou des diamants, car on ne peut pas y gagner de l’argent avec une équipe, mais on ne peut qu’en dépenser.

Contrairement à Suleyman Kerimov, Seth Mydans a énuméré les riches, qui ont investi ou rachetés les clubs en Europe, à l’instar de Roman Abramovitch avec Chelsea, Alisher Usmanov à Arsenal ou Vladimir Antonov à Portsmouth, tous des clubs du championnat anglais. Si Anzhi, avec 30%de joueurs étrangers, parvient à décrocher une qualification pour la ligue des champions, Suleyman Kerimov aura assurément réalisé un grand coup dans l’amélioration de la visibilité de son pays, le Daguestan.

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

1 commentaire sur “le transfert de Eto’o,vue par le le New York Times”

  1. Encore une fois, de magnifiques photos d’un endroit qui semble formidable! Comme il semble faire chaud, comparativement à ici ou il fait actuellement 13 degrés en après-midi. On retombe en hiver. Bonne viste et prenez-soin de vous! Bye
    baekkyungs https://baekkyungs.tumblr.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *