Ecureuils du Bénin : Moïse Adilehou, le défenseur de trop ?

 

Michel Dussuyer a fait paraître sa liste de 24 joueurs pour affronter le Lesotho pour la double confrontation comptant pour les 3è et 4è journées des éliminatoires de la CAN Cameroun 2022. Le défenseur béninois Moïse Adilehou brille une fois encore par son absence. Le technicien français a préféré le néo Ecureuil Yohan Roche. Un choix qui montre une fois encore que le joueur du NAC Breda est subsidiaire dans cette sélection béninoise.

C’est en Mars 2017 que, Moïse Adilehou honorait sa première sélection lors d’un match amical contre la Mauritanie sous la houlette d’Oumar Tchomogo. Convoqué au même titre que Cédric Hountondji ou encore Olivier Verdon, ces joueurs évoluant dans le même secteur de jeu que Moïse Adilehou ont nettement plus du répondant. Sous l’ère II Dussuyer, le natif de Colombes continue de traîner sa bosse en sélection béninoise. Sauf que la régularité n’est pas de mise et sa présence égale parfois son absence.

En 3 années, le joueur de 25 ans n’aura joué que 8 rencontres sous les couleurs du Bénin. Dans le même temps, Olivier Verdon aura disputé 20 rencontres. Des statistiques mitigées qui amènent à réfléchir sur l’origine du mal de Moïse Adilehou. La réponse la plus plausible est la situation précaire dans laquelle le colosse défenseur béninois se retrouve bien souvent en club. En effet, le mal de Moïse est la transhumance. L’arrière axial du Bénin compte près d’une dizaine de clubs dans son parcours à seulement 25 ans.

Passé à l’ES Nanterre, Valenciennes en France et le FC Porto au Portugal pendant sa formation, il a connu 7 clubs lors de son parcours professionnel. D’abord en Ligue CFA en France avec Pau ou encore l’AS Vitré, en Slovaquie avec le Slovan Bratislava où l’Ecureuil aura eu le mérite de ne disputer qu’un seul match. Sans repère, il va tenter la Grèce avec Kerkyra avec qui il a compté 7 apparitions avant de voir un peu de lumière avec Levadiakos (45 rencontres, un but).

Remercié à la fin de son contrat, il restera sans équipe pendant près de 4 mois avant de se faire enrôler par Boluspor ; club qui a raclé les abysses de la 2è division turque la saison écoulée. Moïse Adilehou a pu enchaîner 5 matchs avant de rejoindre le NAC Breda aux Pays-Bas l’été dernier.  Depuis le début de cette saison, il a joué 94 minutes dans 3 rencontres aussi bien dans l’antichambre du football néerlandais qu’en Coupe. France, Portugal, Slovaquie, Grèce, Turquie ou encore Pays-Bas, Adilehou aura la sale réputation de n’avoir jamais enchaîné 50 matchs avec un club.

Eu égard de cette analyse, il est opportun de penser que les prochaines venues en sélection de Moïse Adilehou seront problématiques au regard des statistiques méprisables qu’affichent le bénino-togolais. Egalement, le Bénin possède d’innombrables ressources à ce poste. Khaled Adénon, Olivier Verdon, Cedric Hountondji, Yohan Roche pour ne citer que ceux-là. Ces derniers sont bien meilleurs que le buteur béninois à la CAN face au Maroc.

A cette période de sa carrière, Moïse Adilehou doit réfléchir et prendre sur initiative propre la décision du prendre du recul avec la sélection en vue de mieux se consacrer à sa carrière. Nonobstant tout son talent, il doit encore travailler d’arrache-pied pour revenir fort chez les Jaunes et y rester cette fois.

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *