Togo -Bénin : Une mission spéciale pour Sessegnon et Adenon !

En Septembre 2006, le Bénin avait perdu sa rencontre inaugurale contre les Éperviers du Togo à Lomé dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2008. Même si, cela n’a pas empêché Damien Chrysostome, Oumar Tchomogo et autres, d’être au Ghana finalement, cette défaite a quand même mis le doute sur la qualification béninoise. Dussuyer et ses poulains ont donc l’obligation d’éviter ce scénario le dimanche. Pour y arriver, Stéphane Sessegnon et Khaled Adenon ont un rôle capital à jouer.

Le dimanche prochain, les Écureuils vont affronter leurs homologues du Togo dans un derby chaud bouillant de l’Afrique de l’Ouest. Une rencontre qui a le don d’être particulièrement électrique entre deux formations qui ont une frontière en commun et qui se connaissent parfaitement. Pour éviter une défaite béninoise, Dussuyer va devoir tirer des leçons du passé. Deux hommes sont capables de l’aider et peuvent être la clé du succès du Bénin. Il s’agit de Stéphane Sessegnon et de Khaled Adenon, les seuls rescapés de l’expédition de 2006.

Le 2 Septembre 2006, les Écureuils étaient aux prises avec les Éperviers pour le compte de la première journée des éliminatoires de la CAN 2008. Une rencontre perdue par les Écureuils sur un score de 2-1. L’unique buteur béninois était Abou Maiga. 12 ans après, les Écureuils iront à nouveau défier leurs voisins de l’Ouest dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2019. Aujourd’hui capitaine et vice capitaine de la sélection béninoise, Stéphane Sessegnon et Khaled Adenon sont les seuls rescapés de cette épopée des deux côtés. Cette rencontre était d’ailleurs la première de Khaled Adenon sous la tunique des Écureuils. En tant que cadres de cette sélection, Khaled et Sessegnon doivent être le guide de l’actuelle formation. Ayant déjà vécu ce duel une fois, ils auront la lourde mission de prendre leur responsabilité et d’aider Dussuyer dans sa mission. Un derby n’est pas une simple rencontre de football. C’est une suprématie qui se joue. Le vainqueur de cette rencontre prendra non seulement un ascendant psychologique sur son adversaire, mais régnera en maître avant la manche retour. Mieux, en cas d’un bon résultat, le Bénin éloignera un adversaire de taille dans la course à la qualification. Une défaite Béninoise relancera le Togo. Les clés de ces genres de rencontre se trouvent en général dans le vécu, l’expérience. La victoire se joue sur des détails.

Stéphane Sessegnon et Khaled Adenon étaient à Lomé il y a 12 ans. Leur expérience de cette expédition peut être d’un grand apport à Dussuyer. Certes les contextes diffèrent, les hommes ont changé, mais un derby est toujours particulier. Les petits détails comptent énormément.

Trinité Singbo

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *