Souvenir CAN 2004, Chitou Rachad : « on nous traitait de donneur de points »

Pour la première fois depuis son adhésion à la CAF, le Bénin s’est qualifié à une phase finale de la CAN en 2004 au cours d’une rencontre « quitte ou double » face aux « Chipolopolo » de la Zambie de Christopher Katongo au Stade de l’amitié. Une qualification acquise au soir de 6 juillet 2003. Chitou Rachad, l’un des acteurs majeurs de cette qualification nous en parle.

Chitou Rachad, en 2003, vous étiez dans les buts du Bénin au stade GMK ex Stade de l’Amitié lors de la rencontre cruciale contre la Zambie. Dites nous, avant la rencontre, qu’est-ce qui se passait dans votre tête ?

« Avant la rencontre contre la Zambie personnellement j’étais très détendu parce que le match de la qualification était face à la Tanzanie chez elle et nous l’avons remporté 1-0 malgré la pression. Donc, pour moi à la maison face à la Zambie, je ne me posais pas beaucoup de questions. J’étais convaincu de notre qualification. »

Quel a été l’apport de Jean-Louis Noumanhangnan dans votre sérénité en ce moment ?

 » Dommage Jean-Louis n’étais plus avec le staff mais personnellement il avait été d’un grand apport. Je ne saurai lui dire merci et je me garde de dire tout le bien que l’homme a fait pour moi, tant avec les Dragons qu’en sélection nationale. Il a contribué pour beaucoup dans ma carrière merci (Jarre d’eau) comme on l’appelle affectueusement. »

Qu’est ce qui a été la clé de ce succès ?

« À mon avis, je dirai que c’est le mental du groupe. On avait un groupe de joueur qui était révolté parce qu’on nous traitait de donneurs de points. Nous nous sommes concertés pour dire, c’est maintenant ou jamais. Il faut aussi dire qu’à l’époque les dirigeants aussi croyaient à la qualification. Du gouvernement jusqu’à la Fbf voire les supporters et tout le peuple qui, de près où de loin nous ont fait confiance »

Vous étiez encore avec les Dragons de l’Ouéme lors de la qualification. Quel changement cette qualification vous a apporté personnellement et dans votre club ?

« Personnellement la qualification m’a permis de découvrir une autre dimension du football puisqu’après la CAN j’ai été la risée de tout le monde on a très vite oublié les prouesses des éliminatoires. Ainsi va le foot mais tout ceci m’avait aussi permis de me remettre au travail. Avec les Dragons après la CAN, je ne sais quoi répondre puisqu’après je me suis retrouvé au Ghana. Donc mon aventure avec les Dragons était terminé juste après la CAN »

Quel souvenir gardez-vous de cette belle époque ?

« Beaucoup de bons et de mauvais moments. C’est le lieu de remercier un frère, un ami, un confident, je ne sais plus quel qualificatif ajouté. Je veux parler de Moussa Latoundji. Il est parmi ceux là que je respecte jusqu’à ce jour parce c’est un vrai patriote. Après lui il y a aussi Amadou Moudachirou, Tchomogo Omar et tous mes autres coéquipiers. Nous avons passé des moments de joie. Je garde le reste pour moi. Le moment viendra où on fera encore le point sur notre passage et notre parcours au seins des écureuils merci »

Entre anciens coéquipiers, aviez-vous un creuset où vous vous retrouvez ?

 » Honnêtement à part certains comme Moussa, Mouri et Adjamossi, tout le reste c’est lorsqu’on se voit au passage. Sinon nous n’avons pas gardé les contacts. Mais c’est de mon côté. Je ne saurais dire si les autres se retrouvent »

Aujourd’hui, Chitou Rachad est l’entraîneur de Avrankou Omnisports ( AO) et l’entraîneur des gardiens au sein de la sélection des U-20 des Écureuils.

Entretien réalisé par Trinité Singbo.

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

1 commentaire sur “Souvenir CAN 2004, Chitou Rachad : « on nous traitait de donneur de points »”

  1. hummmmm c est la vie ki est ainsi au moins il fait partie de ceux ki ont kalifié le benin pour la premiere fois a une can . c est historik…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *