Retour sur le Foot Forum Expo de Marrakech

foot forum expo Marrakech 2013

 

 

 

 

 

 

 

Sur la route du développement de son football, l’Afrique peut aujourd’hui compter sur l’intérêt et le partage de collaborateurs étrangers venu d’Europe et des USA, où le sport business atteint son paroxysmeAinsi,  la ville de Marrakech a accueilli pour la 3ième année consécutive,  le Foot Forum Expo. Un salon ouvert à l’ensemble des partie-prenantes du football continental.  Hasard du calendrier, cette dernière édition s’est déroulée en parallèle du mondialito, remporté par le Bayern de Munich. L’occasion d’apercevoir les meilleures équipes de chaque confédération, et d’assister à une série de conférence articulée autour du thème de l’excellence.

 

Si l’inauguration a permis aux représentants politiques locaux, aux responsables de la FIFA et de la CAF, de se montrer à la presse et de faire de beaux discours, les conférences elles se sont déroulées en petit comités. Entre passionnés et curieux, loin du tumulte et de l’effervescence qu’engendre le déplacement de tous ces officiels.

Tour à tour, lors de la première journée, se sont succédé Josep-Maria Bartomeu, viceprésident du Barça,  Claude Leroy, entraineur connu et reconnu sur le continent, Pierre Mankowski, sélectionneur victorieux au mondial U-20 avec l’équipe de France, et la société AP2S, spécialisée dans la numérisation des stades et le marketing direct (en charge de la billetterie du PSG version Qatari).

Dans la salle, une délégation Guinéenne, menée par Salifou CAMARA président de la FGF. Ils étaient les seuls représentants de l’Afrique noire. Une preuve du manque d’intérêt de nos présidents qui une fois s’être montré autour de Sepp Blatter et Issa Hayatou, n’ont pas su profiter de l’occasion pour approfondir leur connaissance du milieu du sport-business,  pourtant indispensable pour arriver à la professionnalisation de nos championnats et la pérennisation de la base. Sans faire la révolution, mais avec l’aide de nouveaux outils permettant des avancées significatives.

Les absents ont toujours tort.

 

Parlons football…

Lorsque le «sorcier blanc» prend la parole, l’auditoire boit ses paroles. Auréolé d’une expérience unique, Claude Leroy est revenu sur les différentes étapes qui ont marqué sa carrière, et sur les clés de son succès. On ne gagne pas une CAN (avec le Cameroun en 88) par hasard. Le nouveau coach des diables rouges du Congo, n’a pas hésité à aborder tous les sujets. Du sportif au management, de l’organisation des déplacements à la relation avec les médias en passant par les agents peu scrupuleux et les clubs profiteurs. Rien n’est passé sous silence. Même l’intervention outrageuse de la politique, qui est selon lui, l’une des raisons principales de l’échec des coachs et sélectionneurs locaux, pas en mesure de se dresser contre les désirs présidentiel.Claude-Le-Roy

Après le très enrichissant passage du coach globetrotteur, c’est au tour de Pierre Monkowski de prendre la parole. L’ancien joueur et adjoint du coach Leroy, nous  raconte son mondial U-20. De la prise en main de l’équipe en 2010, jusqu’à la dernière soirée autour de laquelle les jeunes pousses françaises ont fêté leur titre.

Des témoignages que peu de personnes sur le continent sont en mesure d’apporter. Une plus-value indéniable dans la manière d’aborder ces compétitions intercontinentales, avec sérénité et ambition. Que ce soit en terme d’organisation, de management, d’approche médicale, et même au travers d’exercices d’entrainement.

 

Parlons Business…

La deuxième journée, orientée autour du marketing sportif et de l’évènementiel, fut l’occasion pour les personnes encore présentes de prendre connaissance de la politique de la CAF en terme de digital, via l’entreprise Sportfive, d’entrapercevoir l’organisation de Londres 2012, et de faire le point sur les nouvelles stratégies marketing.

La présence de Kevin OWENS et David HIGGINS, tout deux membres du comité d’organisation, nous ont permis de vivre l’expérience « Jeux Olympiques ». Du dossier de candidature à la transformation du village olympique en logements sociaux et espaces verts. Une occasion de mesurer l’impact réel de l’accueil d’une compétition internationale sur le développement d’une ville et d’un pays. Une voie à suivre pour les pays tentés d’accueillir des compétitions qui doivent s’inscrire dans un projet durable, bien au delà de l’unique intérêt sportif. C’est la une nuance indispensable pour ne pas reproduire les erreurs faites en Afrique du Sud, qui se retrouve 3 ans après son mondial avec des stades surdimensionnés, inappropriés pour le championnat local.  Un manque à gagner, et une utilisation à perte.

A une échelle inférieure l’américain Fred POPP, de Team Up,  a présenté le projet qu’il mène au Kenya. Naïrobi s’apprête à recevoir cet été, un match de Gala entre une équipe de premier league (Arsenal ?) et de bundesliga (Schalke 04 ?). Outre le spectacle offert au Kenyans, l’objectif de cet évènement est d’accueillir un maximum de personnes au stade afin de recueillir un maximum d’informations sur ces supporters/spectateurs. In fine, le but est d’essayer de remplir les stades pour les matchs de la Kenyan Premier league. Une idée, importée de la Major League Soccer aux USA, dont il faudra surveiller les résultats, qui peuvent s’avérer positifs pour le développement du foot pro sur le continent.

Bien sur, certains intervenants étaient loin des réalités africaines. Les thèmes qu’ils développaient ne seront pas d’actualité avant plusieurs dizaines d’années… Déficit d’infrastructures et d’organisation oblige. Mais gouverner s’est prévoir.

 

A la porte de l’Europe, et en parallèle d’une compétition internationale d’envergure, ce forum est une occasion unique de créer des liens entre deux univers footballistiques que tout oppose, le tout business européen, et l’affairisme passionnel africain. Ce type d’événement doit contribuer d’avantage au développement, et il est dommage que les fédérations ne se sentent pas plus concerné par ces échanges.  Sous le haut patronage de la CAF, cet événement doit faire date et devenir une référence. Ce n’est malheureusement pas encore le cas pour cette 3ième édition.

Aux organisateurs d’en tenir compte pour que l’édition de 2014, elle aussi en parallèle du mondialito, permettent des avancés significatives du sport roi. Le prochain rendez-vous est pris. Pour patienter, le Soccerex de Durban le 18 et 19 Novembre 2014 se pose en alternative dans une ambiance anglophone.

 

Pierre-Marie GOSSELIN à Marrakech

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *