Le Togolais Samuel Galé, bientôt dans la cour des grands !

 

L’équipe de France de football a remporté la 21e édition de la Coupe du Monde avec une jeune équipe. Le pays du Président Emmanuel Macron bénéficie ainsi du travail qui est fait lors de la formation des différents acteurs du foot. Parmi ceux qui ont été formé à l’école française, figure le Togolais Samuel Galé. L’ancien coéquipier d’Emmanuel Adebayor, devenu entraineur, officie à Royal Excel Mouscron dont l’équipe première évolue en première division belge. Afrique Football s’est rapproché de lui pour avoir ses impressions sur le parcours des Diables rouges de la Belgique, des équipes africaines et de son actualité.

Bonjour Coach ! Comment allez-vous ?

Je vais bien Merci. Je sors d’une longue saison un peu compliquée et en dent de scie, mais nous nous nous sommes bien rattrapés en fin de saison. Je profite actuellement des mes vacances avec mes enfants pour qui je n’ai pas eu assez de temps durant la saison.

Vous vivez en Belgique, un pays dont l’équipe nationale a atteint les demi-finales du Mondial. Quelle est votre appréciation sur le parcours des Diables Rouges ?

C’est une 3ème place bien méritée pour la Belgique car elle fait partie des grandes nations de Football actuellement. Cela fait un bout de temps que mon pays d’adoption qui est la Belgique fait de belles prestations au niveau international. Elle regorge de joueurs très talentueux. Je veux parler de Hazard, Lukaku, Company, Mateens, De Bruyne,  etc qui évoluent au haut niveau. C’est une génération dorée qui joue depuis pas mal de temps. Le résultat ne pouvait être autrement. Il ne faut pas banaliser l’excellent travail qu’a fait Roberto Matinez. Ils sont très bien organisés. Cette 3ème place est aussi le fruit de la formation des jeunes. C’est vraiment une déception qu’ils ne soient pas allé en finale. Mais elle a démontré qu’on peut compter sur elle pour les éditions à venir. Je ne m’inquiète pas du tout pour l’avenir de cette équipe.

L’Afrique a déçu pendant cette coupe du monde, même si des équipes comme le Sénégal ont fait des éclairs. Qu’est ce qui n’a pas marché ?

L’Afrique a déçu, je ne pense pas qu’on ait les mêmes visions des choses. Evidemment qu’on aurait aimé tous avoir une ou deux équipes africaines au second tour. Mais il y a un petit truc qui manque à nous Africains. Nous n’apportons souvent pas cette touche particulière à notre football pour aller de l’avant. Prenons l’équipe du Cameroun de 82 qui, avec 3 matchs nuls n’était pas qualifiée, mais qui s’est qualifiée en 1990 au second tour. ELLE avait cette petite identité africaine. Sur le plan tactique, les Africains sont allés à la même école que les autres coachs, il nous faut alors montrer autre chose pour évoluer, un code purement Africain. Nous devons aussi arriver à trouver le bon message aux binationaux afin de leur transmettre le code de l’identité Africaine dont je parle.

Aliou Cissé était le seul sélectionneur noir de cette compétition. Votre avis sur sa prestation.

Je considère que Aliou Cissé, Florent Ibengue, et Feu Stephane Keshi sont des pionniers. Par contre Aliou Cissé m’a laissé un sur ma faim. Il avait une bonne équipe. Mais il lui manquait à mon humble avis le fond de jeu. L’équipe n’avait pas la maitrise du changement de statut. La transition offensive et défensive n’était pas bien lisible et visible. Dans l’ensemble, je dirai que le Sénégal peut mieux faire. Il mérite mes félicitations tout de même et du courage à lui.

Récemment, nous avons appris que vous avez signé une fois de plus au REM dans le championnat Belge. Quelles sont vos impressions ?

Cela fera ma 9èmesaison au club. Mouscron est un club familial qui progresse chaque année. Quand on y est, on a du mal à le quitter. C’est une fierté d’être là. Nous allons essayer de faire mieux que la saison passée. Je me suis inscrit cette année pour la Licence de l’UEFA « A » Pro et je suis dans l’attente des résultats afin de pouvoir me situer. Mon envie aussi est d’intégrer le staff de la réserve.

Quels sont les objectifs de votre club ?

Actuellement actif sur le marché des transferts, le club a pour objectif de vite se maintenir et d’aller chercher une place européenne si possible.

Votre avis sur la santé actuelle du football au pays des Eperviers.

A voir comment les choses se gèrent du côté du Togo actuellement, je pense que les lignes sont en train de bouger. La qualification de AS Togo port en phase de poule de la Coupe CAF et la prestation des U21 au tournoi de Toulon sont les exemples de cette bonne santé que le football Togolais est en train de recouvrer. Je ne peux que les féliciter à continuer dans ce sens malgré les conditions de travail. En revanche, du côté l’équipe A, les prochaines échéances continentales édifieront plus. Mon rêve est d’être à la tête de cette sélection, mais chaque chose en son temps. Je ne veux pas brûler les étapes.

 

 

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *