Le film du départ de Manuel Amoros

Nous vous annoncions hier soir, l’officialisation de la rupture de contrat à l’amiable entre le ministère des Sports béninois et le désormais ex entraineur des Ecureuils, Manuel Amoros. Beninfootball revient sur les circonstances de cette séparation à l’hôtel où logent les Ecureuils à Porto Novo.

C’est le président Anjorin Moucharafou qui est allé annoncer la nouvelle aux Ecureuils hier soir, alors qu’ils étaient à table. Le président de la FBF qui visitait ses protégés pour la seconde fois en deux semaines, a fait irruption aux alentours de 19h à l’hôtel. Il s’est dirigé alors au restaurant où les joueurs, qui étaient avec Manuel Amoros se doutaient bien déjà que ce n’était pas une visite de courtoisie. Il a alors annoncé au groupe que la Fédération béninoise de football et le technicien français étaient parvenus à un accord à l’amiable pour une rupture de contrat. Cette rupture intervient parce que l’ex défenseur des Bleus aurait demandé à quitter la sélection béninoise après le match du Mali, une décision qui n’a pas été du gout de la fédération qui a plutôt proposé qu’il finisse les éliminatoires du Mondial 2014 avec les Ecureuils. Les deux parties, au dire d’Anjorin Moucharafou, ne se seraient pas trouvé un accord sur ce dernier point. C’est cette mésentente qui a entrainé la dite rupture à l’amiable entre les deux parties.

Après son discours, le président de la FBF a quitté l’hôtel. Le capitaine Stephane Sessegnon au nom de ses coéquipiers s’est adressé devant ces derniers à Manuel Amoros, en le remerciant pour le travail qu’il a abattu depuis sa nomination. Les joueurs attristés par la séparation, se sont rendus dans leur chambre après le discours de Sessegnon. Manuel Amoros et son adjoint Nicolas Philibert ont quitté l’hôtel ce matin. La séance d’entrainement de ce soir à 16h, sera sous les commandes d’Omar Tchomogo et de Jonas Bidé. Ils devraient rester en place jusqu’à l’élection en Aout prochain du nouveau bureau de la Fédération.

Manuel Amoros la victime ?

Les récents problèmes entre Amoros et Anjorin par rapport à la fameuse liste des joueurs qui devaient disputer les 4e et 5e journées des Eliminatoires du Mondial 2014, avaient déjà poussé le sélectionneur de nationalité française a annoncé à ses proches qu’il allait démissionner. Il en avait assez de ne pas pouvoir travailler en toute sérénité, et d’avoir à subir les multiples pressions de la Fédération. Ces derniers auraient anticipés cette démission et aurait profité des informations faisant état d’une signature certaine d’Amoros à la JSK, pour le mettre en position de faiblesse. Les conséquences de la médiatisation du départ de manuel du Bénin pour la Kabylie, n’ont pas arrangé ses affaires dans cette rupture de contrat. Son départ qui devait intervenir pour dénoncer ses conditions de travail, est aperçu autrement avec le contexte actuel. De sources proches du coach partant, on révèle que ce dernier avait été juste approché par la JSK et qu’il avait répondu au club de la ville de Tizi Ouzou, qu’il entamera les discussions, après les deux matchs du mois de Juin qui l’attendent avec les Ecureuils. Manuel Amoros aurait juste été approché, cette dernière source sera confirmée par la presse algérienne qui annonce ce jour un autre entraineur très proche de la JSK. Nos confrères de Lebuteur annonce en effet ce jour que le technicien algérien Azzedine Aït Djoudi, actuellement entraineur du MAS de Fès au Maroc, devrait rencontrer ce jour le président de la JSK, Hannachi. Les deux parties seraient très avancées au niveau des négociations et Azzedine Aït Djoudi, pour que ce dernier retrouve la JSK qu’il avait eu déjà à entrainer.

 

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *