DTN : Pourquoi Wabi Gomez est le meilleur ?

Le 4 juillet 1998, l’Allemagne se faisait éliminer de la Coupe du Monde au stade des quarts de finale. La formation, amenée à l’époque par l’emblématique capitaine Jürgen Klinsmann, sort par la petite porte du mondial français à la suite d’une défaite (0-3) face à la Croatie. La majorité des joueurs sélectionnés, pour cette compétition, par Hans-Hubert Vogts avaient entre 30 et 37 ans. A la suite de cet échec, la Fédération Allemande de Football a demandé à sa direction technique de tout faire pour redonner à la Mannschaft, ses lettres de noblesse qui lui avaient permis de remporter le Mondial 1990.

Quatre années plus tard, l’Allemagne était en finale du Mondial 2002, ensuite demi-finaliste du mondial 2006, demi-finaliste encore du mondial sud-africain avant de l’emporter en 2014. Un véritable travail de fond a été fait entre temps. La Mannschaft disposait et dispose d’autant de joueurs que Joachim Löw peut convoquer deux listes différentes de 23 joueurs tous compétitifs pour les compétitions majeures.

Wabi Gomez vient de cette école allemande. Le seul sélectionneur, d’origine béninoise, qui ait pu qualifier le Bénin pour une Coupe d’Afrique a déposé son dossier à la FBF pour devenir le futur Directeur Technique du Bénin. Celui qui a qualifié le Bénin pour la phase finale de la CAN 2008, a déniché et révélé tant de perles pour le football africain, à l’instar de Stephen Keshi, se rend disponible pour élaborer la nouvelle identité du football béninois. Qui est Wabi Gomez ?

Le plus ancien des techniciens de football béninois encore en activité, a été formé à Leipzig

C’est à Leipzig en Allemagne que Wabi Gomez a reçu sa formation. Une formation qui fait de lui, le grand tacticien qu’il est devenu et surtout le dénicheur de talent.

Celui qui a révélé Stephen Keshi

Après avoir remporté la Coupe nationale de Côte d’Ivoire en 1984 avec le Stade d’Abidjan, Wabi Gomez a demandé à ses dirigeants ivoiriens de pouvoir renforcer le club de la capitale ivoirienne. C’est ainsi qu’il suit un match du New Nigérian Bank et qu’il tombe sous le charme de Stephen Keshi. La suite de l’histoire, on la connait. Keshi rejoindra Wabi Gomez en Côte d’Ivoire avant de s’envoler pour Lokeren en Belgique où il entamera son périple européen en tant que joueur. Comme un symbole, Feu Keshi demeure à ce jour le seul entraineur à avoir qualifié le Togo pour une phase finale de Coupe du Monde. Il a été également Champion d’Afrique en tant que joueur et ensuite en tant qu’entraineur des Super Eagles du Nigéria. Il n’a jamais coupé le contact avec Wabi Gomez avant de s’éteindre le 8 juin 2016 dans une ville qui par hasard porte le nom de Bénin City au Nigéria.

Arrivée 2e devant Dussuyer lors de l’étude des dossiers pour la nomination du sélectionneur du Bénin en  (Cette année, c’est Dussuyer qui avait été choisi)

En 2008, Michel Dussuyer a été choisi par la FBF pour entrainer les Ecureuils. Après étude des dossiers, à l’époque, c’est Wabi Gomez qui était arrivé deuxième devant Dussuyer qui arrivait en troisième position et derrière le néerlandais Add Dermos. Son expérience et sa connaissance du football africain  ont toujours parlé pour lui.

Une expérience à l’extérieur enrichissante

Wabi Gomez totalise 40 années d’expérience. Il a notamment entrainé des clubs de première division en Côte d’Ivoire, au Togo, au Gabon et au Bénin. Des personnalités du football béninois africain tel que : OGOUGNON Adolphe, ADJOVI Pamphile, NOUMEHANGNANJean-Luc,   ZAMBA   Raoul,   TIEHI   Joël,   Oumar   Ben   SALAH,   DidierOTOKORE, Charles DAGO ; ont tous reçu la formation de celui qui amené le club gabonais de l’AS SOGARA en quart de finale, de la Champions League Africaine alors Coupe des Champions en 1995.

Unique dans l’histoire du football béninois

La première fois que Wabi Gomez répondait à l’appel de la nation, c’était en 1979. Il était déjà entraineur adjoint de l’équipe A de la République populaire du Bénin à l’époque. Monsieur Wabi Gomez reviendra des années plus tard comme assistant de Jones Cecil Attuquayefio avant de devenir sélectionneur principale. Il qualifiera le Bénin pour la CAN 2008 dans un groupe où on retrouvait le Togo, le Mali et la Sierra Leone. Malheureusement il sera à la CAN au Ghana en tant que l’assistant de feu Reinhard Fabisch. Wabi a également le sens du sacrifice pour la patrie. Un jour, alors qu’il était sélectionneur des Ecureuils, et qu’il devait embarquer de Cotonou avec les coéquipiers de Stéphane Sessegnon, Wabi a appris que sa femme venait d’avoir un grave accident de circulation. Il est monté à bord de l’avion malgré cette terrible nouvelle, préférant répondre à l’appel de la patrie.

Il a récemment prouvé qu’il pouvait réussir au niveau du football à la base

« On ne peut pas être, un grand entraineur si on n’est pas un formateur », cette phrase de Wabi Gomez illustre non seulement sa réussite au Gabon en tant que formateur mais surtout ses dernières fonctions. En 2017, alors qu’il était sollicité par plusieurs clubs de la sous-région, Wabi a décidé de rester au Bénin pour des raisons familiales. C’est dans un club de D4 qu’il s’engagera pour retrouver son vieil amour, la formation. Il amènera SITATUNGA FC en D3 au terme de la saison 2018-2019 au terme de sa première année de contrat.

Le Doyen de tous, l’homme des défis !

Wabi Gomez aime bien les premières. Il se voit bien comme le premier DTN à écrire les pages techniques du football béninois qui verra le Bénin se révéler à la face du Monde à une phase finale de Coupe du Monde.

 

Bienvenu AZOMA

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *