Congrès électif de la Confédération Africaine de Roller Sports au Bénin : Entretien avec Julien Minavoa

Congrès électif de la Confédération Africaine de Roller Sports au Bénin, Entretien avec Julien Minavoa président du Comité National Olympique et Sportif du Bénin.

Martial Sehomi : Julien Minavoa bonjour, le Bénin abrite du 02 au 05 décembre le congrès électif de la Confédération Africaine de Roller Sports. Est-ce une reconnaissance envers l’un des meilleurs élèves de cette discipline dans la sous-région ou c’est un choix par hasard ?

Julien Minavoa : Je crois que c’est plutôt le premier. C’est une prime au dynamisme de la Fédération Béninoise de Roller Sports. Il se fait qu’à la dernière réunion de la Fédération internationale de Roller Sports(FIRS) tenue en 2015 ; une réunion à laquelle la Fédération Béninoise de la discipline a pris part. Et Il fallait faire le point des fédérations à jour vis-à-vis des cotisations par rapport à la FIRS. La jeune fédération béninoise qui venait à peine de naitre en 2012 était à jour et avait satisfait à toutes les exigences contrairement à beaucoup d’autres pays africains. Et compte tenu de sa régularité le Bénin était pratiquement la seule fédération africaine à être autorisée à avoir le droit de vote au congrès de la FIRS. Ce qui a amené selon moi la Fédération Internationale à être plus regardant sur cette jeune pousse qu’est la Fédération Béninoise de Roller Sports et qui est porteuse de plusieurs initiatives dont l’une est l’organisation de la première édition du championnat Ouest Africain de Roller Sports en septembre dernier à Cotonou.

Martial Sehomi : Le Béninois Nathanaël Koty, président de l’Union des Fédérations Ouest Africaines de Roller Sports est candidat au poste de président .Selon vous quelles sont ses chances à briguer ce poste ?

Julien Minavoa : Ses chances sont intactes. Il s’agit d’une jeune confédération.
La confédération avait existé mais n’avait existé que de nom et n’avait pas de dynamique. Il a fallu que ça commence par s’agiter au niveau de la sous-région pour que l’essai de recoller les brèches et de refaire renaitre de ses cendres cette confédération sorte. A partir de cet instant la FIRS qui a pris l’initiative s’est donner l’obligation de convoquer d’elle-même les fédérations qui sont à jour pour prendre part à ce congrès. C’est ainsi qu’il a été dénombré 19 fédérations de différents pays d’Afrique. Et des 19 aujourd’hui il y a déjà 15 délégués de ces pays qui ne marchandent pas leurs dévotions à voir monsieur Nathanaël Koty briguer ce poste. A l’heure où nous parlons Nathanaël Koty est le seul candidat à ce poste. Je pense qu’il a toutes les chances de se faire plébisciter le 4 décembre prochain.

Martial Sehomi : L’ambition du Bénin n’est pas seulement d’abriter ce congrès mais d’abriter le siège de la Confédération Africaine de Roller Sports. Confirmez-vous cela ?

J.M : Oui je le confirme, la preuve dans cette démarche il y a le soutien du ministre des sports Oswald Homeky, il y a le soutien du chef de l’Etat. Le siège existe déjà. Nathanaël Koty a déjà mis en place le siège de la confédération. Il ne s’agira seulement qu’au gouvernement de donner son accord de siège dès que le congrès électif ce serait tenue et qu’il serait confirmé que c’est monsieur Koty qui en est le président.

M.S : Quelles sont alors les capacités du Bénin à abriter le siège de cette confédération un peu comme l’Egypte pour la *CAF ou la Cote d’ivoire pour la *CAHB ?

J.M : Attention! N’allez pas comparer donc une confédération de Roller Sports, sport qui vient à peine d’être olympique, un sport qui n’a même pas encore connu une seule édition des Jeux Olympiques à la CAF où d’autres confédérations dont personne n’ignore la force de frappe financière. Non ! Non !

M.S : Un mot pour conclure cet entretien !

J.M : Que les béninois soutiennent ce sport pour qu’il grandisse. Que tous les athlètes qui ont pris ce sport comme leur sport favori se prennent beaucoup aux sérieux. Le Comité National Olympique du Bénin dans son couloir jouera sa partition pour donner des occasions de formations aux cadres capables de les encadrer (les athlètes). S’il le faut les meilleurs pourraient bénéficier même de bourses olympiques pour qu’aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 le Bénin puisse se faire parler de lui.

M.S : Julien Minavoa merci

J.M : C’est moi qui vous remercie.

*CAF : Confédération Africaine de Football
*CAHB : Confédération Africaine de Handball

Entretien réalisé par Martial SEHOMI

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *