Ce que pensent certains Écureuils de leur parcours à la CAN 2019 

Le mémorable parcours des Écureuils du Bénin prend fin en quart de finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Même s’ils expriment de la déception, les Écureuils restent fiers de leur parcours. C’est l’essentiel à retenir des propos de joueurs recueillis par RFI.

Steve Mounié, Olivier Verdon et Mickaël Poté se sont à tout de rôle confiés au correspondant de RFI ce 10 juillet suite à l’élimination du onze national aux portes du carré d’As.

L’amer goût de l’inachevé

 

Les Écureuils du Bénin ont cru dur comme le fer en leur chance de s’offrir un troisième lion et s’installer dans le top 4 de cette CAN. C’est bien ce qu’exprime Mounié en ces termes : « On éprouve un sentiment mitigé parce qu’on aurait pu atteindre ces demis finales[…] on se dit qu’on aurait pu aller plus loin ». Ce sentiment d’inachevé est également perceptible dans les propos d’Olivier Verdon qui dit : « C’est dommage qu’on se soit arrêté ici. On voulait continuer sur notre lancée ».

Se servir des réussites et des défaites pour avancer.

 

Les vaillants Écureuils ne se laissent pas abattre. Ils se contentent également de leur beau parcours et ne comptent pas dormir sur leurs lauriers. Pour Steve Mounié le Bénin a fais jeu égal face à une très belle équipe du Sénégal. Il reste fier car cette performance historique du Bénin sera le nouveau baromètre des records à battre, côté béninois.
« On a marqué l’histoire du football béninois. On était jamais arrivé à ce stade de la compétition. Donc on peut repartir d’Égypte la tête haute » a déclaré l’attaquant d’Huddersfield. Il est soutenu par le désormais sociétaire du Deportivo Alavès, Olivier Verdon qui dit : « Ce qu’on peut retenir de cette CAN, c’est toute cette fierté. Malgré l’élimination on doit relever la tête, on doit être fiers. »
Et comme pour se projeter dans l’avenir, le jusqu’ici auteur du but le plus rapide de cette CAN, Mickaël Poté pense déjà à la présence du Bénin à la CAN 2021 en ces termes : « Les choses ne font que commencer. On est entrain de créer quelque chose.on ne va pas s’arrêter là.il faut se servir des réussites et des défaites pour avancer »

Fierté et un goût d’inachevé sont les deux sentiments qui animent toute la bande à Michel Dussuyer. En plus d’être entrer dans l’histoire, cette génération aura désormais la lourde charge de maintenir le cap et continuer à franchir des paliers. Les férus du football seront donc désormais très exigeants envers leurs protégés après la phase festive de cette CAN.

Loïc Evans MIDJO

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

1 commentaire sur “Ce que pensent certains Écureuils de leur parcours à la CAN 2019 ”

  1. Merci pour cette belle aventure chers ÉCUREUILS.
    NB: Faites un peu plus attention aux petites coquilles. beninfootball est désormais un site de référence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *