CAN 2019 : Pas du neuf pour Dussuyer

Michel Dussuyer est une fois encore allé droit au but. Plutôt que de publier une première liste élargie et d’en choisir les 23 au dernier moment, il a préféré les choisir un peu plus tôt. L’élaboration d’une liste pour une compétition n’est pas une chose aisée. Le Bénin dispose du meilleur effectif, en termes de carte de visite, de son histoire à la veille d’une Coupe d’Afrique. Si le public béninois pouvait citer aisément 9 des 11 titulaires de Dussuyer, il fallait quand même réfléchir un peu plus pour connaitre la liste des 23. Claude Le Roy disait à la veille de la CAN 2008, qu’il a choisi André Ayew (19 ans à l’époque)  pour une raison bien curieuse. Il faut avoir dans une équipe, des joueurs qui ne seront pas frustrés d’être sur le banc de touche toute la compétition. Des joueurs qui auront envie de tout donner quand ils trouveront des bouts de match. Le plus dur n’étant pas seulement de choisir 23 joueurs mais de les maintenir dans la même dynamique quelque soit leurs rôles comme Didier Deschamps arrive à le faire en équipe de France.

Kakpo, la bonne nouvelle pour la Vitalor Ligue

La première surprise de la liste de Dussuyer intervient au niveau des gardiens de but. Une surprise plutôt positive pour la Vitalor Ligue 1 puisque Kakpo Chérif Dine sera le troisième gardien de but des Ecureuils. Le dernier rempart des Buffles du Borgou va découvrir une grosse compétition internationale cet été. Notre confrère Ali Moumouni de Canal 3 Bénin révélait dans un de ses éléments que le joueur de 22 ans a réalisé plus de 20 clean sheet cette saison. Il apprendra beaucoup aux cotés de Fabien Farnolle, qui sera surement le Numéro 1, et de Saturnin Allagbé.

Pas de Chaona en défense

En défense, on notera l’absence de Cédric Hountondji et de Chamsdeen Chaona. Par contre, c’est à ce niveau qu’on retrouve la seconde bonne nouvelle pour le championnat local. Rodrigue Fassinou de l’ASPAC va faire aussi partie de l’expédition. Le Natif d’Adjohoun sera aux côtés des habituels noms que sont : ADENON, ADILEHOU, BARAZE, IMOROU, KIKI, SALOMON et VERDON.

Mama Seibou in, Djiman out

En milieu de terrain, il n’y aura pas Djiman Koukou. Depuis 9 ans, le Bénin n’a appris à jouer des matchs sans Djiman Koukou que depuis l’arrivée de Dussuyer et les soucis contractuels qu’a connu l’ancien joueur de Soleil en club. On n’aura pas des noms comme Koukou, Bello ou encore Mouri mais aussi Chamsdeen qui a dépanné lors des Eliminatoires de cette CAN. Ses derniers choix sportifs  ont peut être poussé celui qui fut l’Assistant d’Henry Michel à la tête des Eléphants de la Cote d’Ivoire en 2006, à ne pas le choisir. Il faudra noter quand même la présence de Tidjani, l’homme aux lourdes frappes, qui sera avec les cadres qu’on ne présente plus que sont : ADEOTI, D’ALMEIDA,  MAMA et SESSEGNON. Rodrigue Kossi, le joueur du club africain en Tunisie vient compléter cette liste.

Une attaque sans Bessan

Il faudra chercher un autre animateur de groupe pour les Ecureuils lors de la CAN 2019. Jacques Bessan n’a pas été retenu par Dussuyer. Le Technicien français n’a retenu aucun des attaquants béninois évoluant en Afrique du nord que sont Bessan et Koukpo. Meme Yannick Aguemon ne donnera pas un gout de neuf à cette liste. Il faudra par contre compter sur Soukou qui se retrouve dans la liste des attaquants alors qu’on le connait comme un milieu de terrain. La combativité, la technique et la capacité à garder la balle du joueur de Bochum ont peut être donné des idées à Michel. Sinon, ils seront là : DJIGLA,DOSSOU,MOUNIE,POTE,SEGBE AZANKPO

Michel Dussuyer, dans la simplicité

En somme Dussuyer a fait des choix corrects et ne se complique pas la vie. Il n’a pas convoqué des cadres justes pour leurs titres et non pour leurs performances en club. Il n’a pas fait appel non plus à ces fameux binationaux, appelés de dernière minute, qui viennent profiter du travail abattu par les autres. Ces genres de joueur dont l’arrivée crée des frustrations et divisent les équipes. Si entre temps, chez les Ecureuils on dénombrait 3 camps : les binationaux, les Yoruba, les 225 et les autres ; aujourd’hui on sent une équipe nationale avec un peu plus d’harmonie. Vivement que cette harmonie nous fasse rester longtemps en Egypte !

Bienvenu AZOMA

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *