CAN 2019 : Les bons Écureuils et les moins bons !

Le Bénin a atteint pour la première fois de son histoire les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations en Égypte. Cette performance, synonyme d’un exploit n’a pu être possible que par la détermination et le dévouement de chaque joueur. Ainsi, sur les diverses pelouses, certains Écureuils ont été très bons tandis que d’autres n’ont pas su combler les attentes comme à l’accoutumée.

Les bons Écureuils !

Saturnin Allagbé

Sans doute le héros national. Alligné à trois reprises contre le Cameroun, le Maroc et le Sénégal, le portier des Chamois Niortais a signé des arrêts de classe mondiale et une lucidité inébranlable dans les 7,21 mètres béninois. Auteur d’un match impressionnant face aux Lions de l’Atlas, l’ancien gardien du Port Autonome de Cotonou a marqué encore des points et se positionne sans doute pour devenir titulaire indiscutable dans les cages béninoises.

Khaled Adenon

À 33 ans, le défenseur axial d’Amiens a confirmé son statut de leader dans la défense béninoise. Aligné à 4 reprises, Khaled Adenon a su s’imposer devant tous les adversaires et imprégner le bon sens à ses coéquipiers de la défense. Propre dans ses interventions, il sait également couvrir quelques fois les erreurs défensives de ses camarades de jeu. Expulsé injustement contre le Maroc, il a manqué le dernier match contre le Sénégal. Sa présence aurait pu être encore décisive.

Cebio Soukou

Arrivé dans cette équipe récemment, Cebio Soukou sait déjà être utile. Il a disputé tous les matchs des Écureuils lors de cette phase finale de la CAN. Très altruiste, il a délivré deux passes décisives. Propre sur les coups de pieds arrêtés, Cebio Soukou s’est très vite acclimaté et est sans doute celui qui a le plus mouillé le maillot pour les Écureuils. Au dernier match, comme pour se défouler, il nous a gratifié des petits ponts et des dribbles faciles sur les défenseurs sénégalais. Chapeau !

Les moins bons Écureuils !

Stéphane Sessegnon

Absent face au Ghana, Stéphane Sessegnon n’a peut-être plus retrouver ses repaires lors des autres matchs. 4 matchs, 4 titularisations, « Diego Pourri » ne nous a gratifié d’aucun but. Très discret sur la pelouse, peut-être dû à son positionnement plus défensif, les jeunes joueurs de l’équipe se sont exprimés plus librement que le capitaine. Néanmoins, il est resté solide et a su amener l’équipe en quarts de finale.

Steve Mounié

C’était le joueur le plus attendu du côté des Écureuils pour cette CAN. Titularisé sur 4 des 5 matchs des Écureuils, Steve Mounié est resté muet. Fébrile et désinvolte au marquage, le natif de Parakou a quelques peu déçu. Même s’il n’a pas eu assez d’occasions dans son registre, il n’a pas voulu chercher trop loin pour décanter la situation pour son équipe. Aussi bien à Huddersfield qu’avec le Bénin, c’est une année que Steve Mounié doit vite oublier et redevenir le joueur qu’on a connu à Montpellier.

Jodel Dossou

On a sans doute compter sur lui pour enrhumer les défenses adverses comme il sait le faire. Il est apparu à tous les matchs dont deux titularisations. Il a livré une passe décisive mais cela est bien insuffisant pour l’ancien ailier des « Awissi Wassa ». Jojo comme on l’appelle amicalement n’a pas été trop poussif et ses petits gris gris n’ont pas clairement porté de fruits devant les défenses adverses. Présent dans cette équipe, il n’a pas été très dangereux comme à son habitude.

Outre les joueurs précités, il faut reconnaître que certains autres joueurs ont été impeccables et ont fait une belle compétition. C’est le cas de Mickaël Poté, auteur de deux buts, Moïse Adilehou également buteur ou encore le catcheur du milieu de terrain en l’occurrence Sessi d’Almeida. David Djigla et Mama Seibou ont marqué des points également sur plusieurs matchs. Dans l’ensemble, c’est une note note de satisfaction qu’on décerne aux joueurs de l’équipe nationale du Bénin qui n’ont pas été ridicules pour cette 32è édition de la Coupe d’Afrique des Nations.

Faudel Amoussou

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

3 commentaires sur “CAN 2019 : Les bons Écureuils et les moins bons !”

  1. Peut être que MOUNIÉ n’a pas fait une bonne CAN mais votre commentaire est erroné sur son rôle dans marquage. Il constitue à lui seul le premier rideau et revient pour défendre sur les phases arrêtées. En attaque il a remporté près de 90% des duels aériens. Dans un système de jeu pareil, la seule chose qu’on peut lui reprocher c’est son manque d’efficacité et de profondeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *