À quand un équipementier pour les Écureuils du Bénin ?

Le constat est amer ! Les Écureuils, depuis quelques rencontres, sont équipés avec la « contrefaçon ». En clair, les maillots en matches officiels, et même ceux pour les entraînements de l’équipe fanion, ne portent plus la marque d’aucun équipementier. En témoigne, le semblant de maillot présenté ce dimanche, lors de la rencontre contre les Kilimanjaros Stars de la Tanzanie (1 – 1). Un maillot qui ne fait bonne impression. Stéphane Sessegnon, Mickaël Poté ou autres sont obligés de porter des maillots qui n’honorent pas leurs images et celle de la nation béninoise.

De Airness à une marque inconnue !

Autrefois habillés par la marque Lion, Airness du franco Malien Malamine Koné, les Écureuils portent désormais un maillot qui portent juste l’insigne du Ministère des Sports et celui de la FBF. Même si l’on nous parle d’un équipementier, cela est loin d’être une chose réelle en matière du produit fourni. Le maillot griffé Airness est nettement esthétique que celui griffé de la marque « inconnue », laquelle est équipementier de notre « équipe nationale », classé dans les 20 premières nations Africaines au dernier classement FIFA.

Comme le dit l’autre, la photocopie ne peut pas s’égaler à l’original. Outre la qualité de jeu, il y a aussi l’aspect « qualité de maillot », qui rehausse l’image du football d’une nation. À titre illustratif, nous avons le Ghana qui fait du relooking pour ses maillots à chaque grand événement. Le Cameroun aussi est entré dans la danse.

Les équipementiers, il en existe !

La marque franco – malienne, Airness, qui autrefois habillait les Écureuils, continue toujours d’être l’équipementier de la Guinée et du Mali. Les prochains adversaires du Bénin, dans la course aux éliminatoires de la CAN 2019, ont des équipementiers bien connus. La marque aux trois bandes (Adidas) pour l’Algérie et Puma pour le Togo. La réponse à la question de savoir l’importance d’un équipementier pour la beauté d’une sélection nationale est évidente. Les équipementiers, il en existe ! Nous avons par exemple des équipementiers africains connus (outre Airness), comme Tovio, Sergio, Qelemes. Les gourous de ce type de marché en Afrique sont entre autres la marque à la virgule Nike, Puma, Adidas, Kappa , Lacatoni , O’Neils, Burrda. Ces derniers habillent plusieurs sélections nationales.

Avoir un équipementier pour une équipe nationale, c’est une négociation. Le Bénin a tout ce qu’il faut pour négocier un bon équipementier pour son équipe première et cela pour la beauté de notre football et la joie du public sportif béninois. À quand un réel équipementier pour notre équipe nationale ? Et non seulement pour le football. Chers dirigeants du football béninois, pensez-y !

Laisser un commentaire intéressant par facebook!

You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

Ajouter un commentaire

Votre commentaire